Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'anatomie, la biomécanique, la physiologie au service de l'art du chant; Arrivée à l'âge de la retraite je me sens le devoir de partager et de diffuser, gratuitement et en mode public, mon expérience et ma réflexion de kiné, psychomotricienne, chanteuse, choriste, enseignante en anatomie et physiologie du chant.

30 Jun

Traces squelettiques des activités musculaires et des pathologies du castrat Gaspare Pacchierotti (1740-1821)

Publié par Alberto Zanatta, Fabio Zampieri, Giuliano Scattolin & Maurizio Rippa Bonati . Traduit par Marie Hutois  - Catégories :  #Articles scientifiques-Publications

Suite à la naissance de l'opéra moderne en Italie en 1600, la demande pour les voix de soprano a grandi et la castration prépubérale a été réalisée pour préserver la jeune voix masculine dans la vie adulte. Parmi les castrats, Gaspare Pacchierotti était probablement l'un des plus célèbre.  Les restes de Pacchierotti ont été exhumés pour la première fois en 2013 pour une recherche dont le but était la reconstruction de son profil biologique afin de comprendre les secrets de sa voix sublime et comment la castration a influencé son corps. Tous les résultats, découverts sur  des bases anthropologique et d'analyses tomodensitométriques, sont conformes à la fois aux marqueurs du travail d'un chanteur et aux effets hormonaux de la castration. L'érosion des vertèbres cervicales, de l'insertion des muscles des bras et des muscles respiratoires peuvent être un effet de la position du corps et de l'exercice au cours du chant. L'effet hormonal de la castration étaient liées à l'ostéoporose et aux troubles de la colonne vertébrale.La castration a été effectuée depuis des siècles: de l'époque Biblique 1 à la Rome antique et la Chine, jusqu'à ce qu'au  19ème siècle, l' orchidectomie soit faite pour des raisons différentes de la condamnation pour les prisonniers de guerre ou de la castration des hommes déficients mentaux pour eugénisme  2 . Dans les temps modernes, après la naissance de l' opéra en Italie en 1600, est apparu un nouveau rôle masculin avec des parties vocales simples consistant en arias et récitatifs 3 . La demande pour les voix de soprano a grandi avec les grandes contributions de Bach, Haendel et d' autres, de sorte qu' à partir de la fin de la 16 ème jusqu'à l'ensemble du 18 e siècle, la castration prépubérale a été réalisée pour préserver la jeune voix masculine pendant la vie adulte 4 .Parmi les castrats, Gaspare Pacchierotti (Fabriano, 1740 - Padoue, 1821) était probablement l'un des plus célèbres, au point d'être comparé aux stars actuelles de la pop internationale. Les restes de Pacchierotti ont été exhumés pour la première fois à des fins de recherche en Juillet 2013 L'événement a été initié par le groupe de recherche de sciences humaines médicales de l'Université de Padoue et Bepi Nalin, professeur de musique qui étaient intéressés par le profil biologique de Pacchierotti afin de comprendre les secrets du corps de sa voix sublime.

Avant Pacchierotti, seul le corps de Farinelli (1705-1782) (son vrai nom Carlo Maria Michelangelo Nicola Broschi), a été étudiée en 2006, mais les chercheurs ont trouvé quelques restes qui ne lui étaient pas clairement imputables  5 En revanche, le corps de Pacchierotti peut être considéré comme le premier squelette entier d'un castrat jamais étudié. Ses restes ont été bien conservés et pourraient donner de nouvelles informations sur son mode de vie et sur les conséquences de la castration.

Les données sur la jeunesse de Pacchierotti font défaut. Nous savons qu'il a été castré avant l'âge de 12 ans, pourtant il a eu beaucoup de relations amoureuses au cours de sa vie.

La jeune voix masculine de Pacchier a, par conséquent, été  maintenue au cours de sa vie d'adulte. Comme Richard Edgcumbe, Comte de Mount Edgcumbe le  décrit: "La voix de Pacchierotti était un soprano vaste, plein et doux au plus haut degré: ses pouvoirs d'exécution étaient surnaturels. [...]  Il était un musicien si complet que rien ne lui était impossible; Tous les styles lui étaient aussi aisés, et il pouvait chanter à  vue tous les morceaux de caractères les plus élaborés non seulement avec l'exactitude qu' une connaissance complète de la musique le permet, mais en respectant les intentions du compositeur, et en rendant tout l'esprit et l'expression qu'il avait conçu. Tel était son génie tant dans ses embellissements et cadences, que dans leur variété inépuisable " 6 .

Pacchierotti a débuté quand il avait 19 ans dans le Teatro dei Nobili à Pérouse dans un rôle féminin. En 1765, il a été engagé dans le chœur de Saint - Marc à Venise et il chantait à Innsbruck au mariage de Pierre Léopold de Habsbourg-Lorraine et  de l'infante Maria Luisa d' Espagne 7 .

A peine un an plus tard Pacchierotti faisait ses débuts au  théâtre de Venise comme chanteur d'opéra et membre de la chorale, et son succès l'a amené dans les plus célèbres théâtres d'Italie (Palerme, Naples, Milan, Padoue, Gênes et Turin). A Milan, il a pris le rôle du protagoniste lors de l'inauguration du Teatro alla Scala le 3 Août 1778 7 .

La renommée de Pacchierotti ne se limite pas seulement à l'Italie, mais s'est étendue à travers l'Europe: il est allé à Londres à plusieurs reprises entre 1779 et 1791, et il a rendu visite à Marie Antoinette (1755-1793) à Paris en 1786. Une fois de retour en Italie, Pacchierotti a été invité  à l' inauguration du Nuovo Teatro la Fenice à Venise en 1792, où, un an plus tard, il a fait sa dernière apparition d' opéra. Enfin , il a pris sa retraite à Padoue, d' abord dans le 

Ca' Farsetti près du Prato della Valle, ancienne propriété de l'humaniste  Pietro Bembo (1470-1547).  Il y avait beaucoup de visites d'artistes célèbres, des écrivains et des politiciens, comme Carlo Goldoni (1707-1793), Vittorio Alfieri (1749-1803), Antonio Canova (1757-1822), Ugo Foscolo (1778-1827), Marie-Henri Beyle Stendhal (1783-1842), Gioachino Rossini (1792-1868), et même Napoléon Bonaparte (1769-1821), pour qui Pacchierotti a chanté dans le Teatro Nuovo en 1797 8 .

Puis Pacchierotti a décidé de déménager dans une villa dans la campagne de Padoue, où il est mort d' hydropisie à l'âge de 81 et a été enterré dans une petite chapelle, à côté de la villa, dans une tombe sous le niveau du sol. Comme déjà mentionné, Pacchierotti a été exhumé pour la première fois par notre groupe de recherche le 2 Juillet 2013.

 

 

Figure 1: le squelette de Pacchierotti.

Figure 1
 

Méthodes 

Une fois que la  la pierre tombale fût ouverte, le squelette de Pacchierotti a  pu être observé. La tête était dirigée vers l'est, juste sous l'ouverture de la tombe. Tous les restes étaient  très bien conservés, mais, en raison de la présence de morceaux de plâtre et d' infiltration d' eau, et en l' absence de structures de protection, une partie du crâne était  endommagée ( Fig. 1 ). Après la récupération de tous les restes, l'analyse du squelette a été réalisée dans le laboratoire du Musée d'Anatomie Pathologique de l'Université de Padoue. Nous avons fait différentes mesures anthropologiques sur les vestiges afin de comprendre le profil biologique de Pacchierotti et comment la castration a influencé son corps. Nous avons effectué une analyse tomodensitométrique (CT)  sur tout le squelette et une  microtomographie à rayons X (MM) sur des échantillons de certains os. Nous avons utilisé un 64-section scanner CT (Somatom Sensation 64, Siemens Medical Solutions, Erlangen, Allemagne) dans le département de radiologie de l'Université de Padoue. Les paramètres appropriés ont été ajustés pour ne pas dépasser la capacité thermique du tube à rayons X (120 kV, 100 mAs). Il a été sélectionné à l'épaisseur minimale permise de balayage par l'unité de CT (0,6 mm). Un milieu de travail multi-modalité (Syngo Siemens) a été utilisé pour reformater l'ensemble dans les plans frontal et sagittal données. Volume rendu et la surface ombrée-affichage des modèles en trois dimensions, ainsi que trois dimensions "fly-through" virtuelle animée ont été créés pour faciliter l'analyse.

Résultats

A partir d' une première analyse morphologique, le squelette a révélé des caractéristiques typiques de sexe masculin, en raison de l'indicateur du sexe dans les hanches 9 , fémurs 10 , mandibule et le crâne 11 .Malheureusement, le crâne a été fragmenté et la majeure partie de la boîte crânienne avait disparu, sauf pour le plan frontal et l'os temporal droit ( Fig. 2 ). Par conséquent, il était impossible de mesurer le niveau de fusion des sutures crâniennes pour calculer l'âge. Cependant, beaucoup d' autres marqueurs de l' âge du squelette ont été conservés: les surfaces occlusales des dents présentaient les caractéristique d'un homme d'un  âge avancé 12 , 13 .La surface auriculaire de l'os  iliaque était compatible avec la vieillesse 14 , parce qu'il était poreux avec des zones d'érosion et des bord irréguliers ainsi que la présence d'ostéophytes. De plus, les bords de l'extrémité sternale des côtes étaient  en lambeaux et mince avec une surface poreuse et irrégulière, typique d'un homme sénile 15 .

Figure 2: le crâne de Pacchierotti.
Figure 2

 
Même si tous ces marqueurs squelettiques ont confirmé l'âge avancé au moment du décès de Pacchierotti (81 ans), les lignes épiphysaires sur les crêtes iliaques étaient visibles ( Fig. 3 ). Ces lignes sont généralement fusionnés à 23 ans 16 et plus aucune trace ne peut être trouvée chez  90-100% des mâles de plus de 35 ans. 17 , 18 .

 

 

Figure 3: Persistance de la ligne épiphysaire dans la crête iliaque.

Figure 3
 
 

Les Castrats étaient généralement de haute taille, avec un grand coffre en forme de tonneau, leur larynx était infantile, et leurs jambes longues et grêles 3 . Les os de Pacchierotti ont confirmé ces caractéristiques, notamment la taille, qui a été estimée par la mesure des fémurs, des tibias et la la longueur des humérus 19 , 20 Elle a donné une valeur d'environ 191 cm. Cependant, "Pacchierotti n'était pas beau  du tout, plutôt vraiment laid. Il était mince et déguingandé et il avait un étrange nez. [...] Voilà pourquoi il n'a pas aimé avoir de portrait "7 ( Fig. 4 ). Le visage de Pacchierotti était long avec des orbites étroites et une grande et large cavité nasale. L'espace buccal présentait un arc alvéolaire court et étroit.

 

 

 

Figure 4: Portrait de Pacchierotti.

Figure 4
 
 

L'état dentaire de Pacchierotti est très intéressant ( . Fig 5 ). Le chanteur a présenté une classe III squelettique avec des compensations dentaires modérées qui ont conduit à une occlusion "tête à tête". L'état parodontale est excellent, avec seulement une poche intra-osseuse mésiale supérieure à 3 mm à 36 sans aucune autre complication. L'absence de 26 est clair, avec la présence d'un site post-extraction complètement guéri et un os guéri. En outre, la dent 16 est absente probablement en raison d'une récente extraction dentaire, au moins 6 semaines avant la mort.

 

Figure 5: état ​​dentaire de Pacchierotti.

Figure 5
 
 

Les condyles articulaires des mandibules sont aplatis avec un soupçon d' ostéophytes initiale sur le condyle gauche. L'angle mandibulaire est prononcé, comme certains portraits de Pacchierotti le confirment ( Fig. 4 ).Il y avait une érosion dentaire extrêmement avancée en raison de bruxisme, qui a été probablement causée par la détresse psychique de la contrainte comme il arrive chez les prisonniers ou les personnes asteintes à faire quelque chose. 21 . Il y avait aussi hypoplasie de l'émail évident sur 43, 33, 34, 35, un signe probable d'un traumatisme survenu à un jeune âge qui pourrait être liée à la castration. D'une manière générale, les dents ont été bien préservées par rapport à l'âge de Pacchierotti. Il reste impressionnant d'observer la façon dont Pacchierotti avait pris soin de son hygiène dentaire; évidemment, il considérait sa bouche comme un véritable outil de travail. Afin de la maintenir  dans le meilleurs état possible, il utilisait une sorte de soie dentaire et des substances abrasives, comme la sauge hachée et du sel, pour blanchir les dents. Dans le même temps, il y avait un sous-développement du maxillaire avec prognathisme mandibulaire modérée. L'usure des dents peut être causée par des  habitudes parafonctionnelles répétitives ou des aliments contenant de la matière abrasive en usage à l'époque, comme par exemple  la farine alimentaire, ou  le résultat de  traumatismes dentaires par brossage  horizontaux.

Les vertèbres cervicales de Pacchierotti ont toutes été fortement érodées avec des signes de bordures ostéophytiques sur le corps vertébral, liés à l' ostéoporose et aux mouvements continus de la tête et du cou pendant les exercices de chant ( . Figure 6 ). Ces constatations  peuvent être considérées comme un marqueur professionnelle pour les chanteurs, comme il a été confirmé par l'état vertébral de Pacchierotti. Ces résultats sont très importants, car c'est la première fois qu'ils peuvent être observés eur les restes d'un castrat.

 

Figure 6:

uneforte érosion des vertèbres cervicales.

Figure 6
 
 

Un autre marqueur important trouvé dans les restes de Pacchierotti était l'insertion de trois muscles respiratoires importantes sur les secondes nervures, la partie postérieure de scalène, qui élève la deuxième côte, le dentelé, qui peut soulever les côtes et aider à la respiration, et la partie postérieure du dentelé supérieur,  qui élève la deuxième à la cinquième côtes et aide l' inspiration profonde.

Les deux omoplates avait un tubercule infraglénoide marqué en raison d'une forte insertion du long chef du triceps brachial, qui agit sur l'articulation de l'épaule et est impliqué dans la rétroversion et l'adduction du bras. Probablement Pacchierotti utilisait-il beaucoup ses bras pour agir au cours de ses prestationsd

Les vertébres lombaires de Pacchierotti présentent des ostéophytes importantes comme un signe à la fois de l'âge et de la dégénérescence de la colonne vertébrale qui pouvait lui causer des douleurs au bas du dos, et la compression du nerf sciatique.

Pour améliorer notre analyse, nous avons effectué une tomodensitométrie sur le squelette entier et X-ray MM sur les échantillons de certains os. Le scanner a signalé une atrophie calcaire générale avec la présence de cribrosus   dans plusieurs os du rachis vertébrales ainsi que d'autres problèmes  vertébraux: les vertèbres cervicales ont été fortement érodés; il y avait une vertèbre antérieure en forme de coin (T7), une fracture vertébrale de la paroi antérieure à la fois L1 et L2 qui peuvent être dues à l'ostéoporose; il y avait aussi plusieurs ostéophytes entre L3 et L4, et des nodosités de Schmorl dans le plateau du corps vertébral de L4 ( Fig. 7 ).

 

Figure 7: CT scan de la colonne vertébrale de Pacchierotti.

Figure 7
 
 
 

Discussion

L'analyse anthropologique des restes de Paccherotti a souligné la présence de nombreuses caractéristiques liées à la castration: haute stature, les lignes ouvertes épiphysaires dans les hanches, la densité osseuse corticale inférieure liée aux fractures vertébrales. Le fait que les "castrats" étaient particulièrement grands est connu depuis l' antiquité 22 , même Aristote a observé que «tous les animaux, si ils sont castrés quand il est jeunes, deviennent plus grands que leurs congénères non "mutilés"23 . Au début du XXe siècle, chez les Skoptzy, une secte chrétienne pratiquant la castration, les mâle, ont été mesurés et ils semblent être plus grands que leurs pairs 24 . La persistance des lignes épiphysaires a également été trouvée dans la crête iliaque d'un autre chanteur castrat Farinelli 5 , et peut  donc être considérée comme un marqueur typique chez les jeunes castrats  (Fig. 3 ). Tandler et Grosz au début du XXe siècle décrit l'échec de la fermeture des épiphyses dans le squelette des eunuques 25 , 26 . Les hormones sexuelles conservent les os, au moins en partie, en régulant le développement et la mort (apoptose) des ostéoclastes et des ostéoblastes; cette adaptation est permise par la modification de la production de cytokines et de la sensibilité des cellules progénitrices de la moelle osseuse à cette cytokines. Par exemple, la production d'interleukine-6 ​​(IL-6) par les ostéoblastes est inhibée par les oestrogènes et androgènes. Après la ménopause ou la castration chez les hommes, la perte osseuse augmente de 10 fois, en grande partie due à la surproduction d'IL-6. La carence en oestrogènes semble retarder l'apoptose des ostéoclastes, tout en favorisant l'ostéoblaste: il en résulte un déséquilibre entre la réabsorption et la formation osseuse. En outre, le retard de l' apoptose des ostéoclastes pourrait être responsable d'une augmentation de la profondeur des cavités de résorption, et, par conséquent, de la perforation trabéculaire résultant d' une déficience oestrogène 27 .  L'existence d'une diaphonie entre l'os et les hormones testiculaire est connue; elle comprend la testostérone et la vitamine D qui,, libérée par les testicules, a une incidence sur le remodelage osseux et l'hormone ostéocalcine dérivé de matières osseuses qui peuvent contrôler la production de testostérone28 .

Les fractures vertébrales sont caractéristique de la perte d'os par le castration  comme le révèle le CT scan (L1 et L2), mais aussi les micro-CT . Il a été constaté une diminution de la densité de l' os cortical, en particulier des os longs comme les tibias et les humérus ( fig. 8 ). Le scanner montre une ostéoporose diffuse affectant à la fois la corticale et l'os spongieux. Ceci est différent de l'ostéoporose sénile, où les restes d'un os normal présenterait des microfractures ainsi que des réparations. En fait, les résultats de rayons X sont remarquables en raison de l'absence relative de microfractures ostéoporotiques. Ceci suggère une adaptation de longue date.

 

 

 

Figure 8: Tibia avec une diminution de la densité de l' os cortical.

Figure 8
 
 

La densité minérale osseuse diminue progressivement après la castration, en particulier dans les premières années, ce qui provoque l' ostéoporose 29 . Comme dans le cas de  Pacchierotti, une étude réalisée par Stepan et al., a trouvé une perte progressive de la densité osseuse lombaire après orchidectomie 29 . Kock, dans son étude des hommes de la secte Skoptzy  avec des rayons X, a révélé que la cyphose était commune à cause de l' ostéoporose 30 . Le même cyphose a été observée par Wagenseil chez 20 des 31 eunuques chinois 31 .

L'ostéoporose est clairement prouvée également chez des rats expérimentaux. Les rats castrés développent une  ostéoporose fémorale prononcée 4 mois après la castration 32 . Enfin, l' orchidectomie pour le cancer de la prostate est souvent suivie d'ostéoporose sévère 33 .

Dans l'étude de Farinelli 5 , il a été constaté, dans un fragment de l'os frontal, une hyperostose sévère frontalis interna (HFI) que les auteurs lient à la castration du chanteur, mais il n'y avait aucun signe de cette pathologie dans le crâne de Pacchierotti. Étant donné que le HFI peut avoir différentes étiologies 34 , nous pouvons supposer que HFI n'est pas toujours en corrélation avec la castration. Par ailleurs, Kock, dans l'étude  déjà mentionée sur la secte Skoptzy, a rapporté que chez chacun d'eux  l'amincissement des os du crâne était évidente  30

L'activité de Pacchierotti en tant que chanteur  a déterminé quelques changements dans son corps et ses os. Nous avons découvert des modifications sur l'insertion de trois muscles respiratoires importants: scalène postérieur,  dentelé antérieur et dentelé postéro supérieur. Pettersen dans différentes études a montré des modifications équivalentes du scalene et dentelé chez les chanteurs d'opéra professionnels en mesurant l'activité électromyographique 35 , 36 .

Les vertèbres cervicales de Pacchierotti ont toutes été fortement érodées, comme en témoigne le lipping  ostéophytique révélé à partir du scanner. Selon Miller et al. 37 , qui a mesuré par imagerie par résonance magnétique (IRM) des ajustements liés à la hauteur de dix volontaires en bonne santé,les notes élévées  étaient accompagnées d' une augmentation des angles craniocervicaux. Dans le chant, la position de l'atlas par rapport à la verticale réelle (P <0,001), l'axe (P <0,001) et la vertèbre C4 par rapport à l'horizontale (P <0,001) et l'axe par rapport au crâne (P <0,001), étaient tous significativement différents de ceux au repos 38 . Cette condition prolongée chez Pacchierotti, combinée à son ostéoporose, peut représenter les états érodés de ses vertèbres cervicales. Di Carlo a réalisé une étude systématique des rayons X du rachis cervical de trois populations de sujets (chanteurs professionnels, débutants chanteurs et les non-chanteurs), qui ont montré des déformations de la colonne cervicale après de nombreuses années de chant intensif 39 .

Selon les recherches en phoniatrie 40 , 41 , la posture idéale du cou pour un chanteur est avec la nuque allongéé par rapport à la position des épaules, de sorte que la rotation du cou-tête ne se limite pas. Cette technique permet également d'éviter le basculement passif, d'élévation ou d'étirement de la boîte de laryngée, permettant que la liberté de gestion du système de glotte glotte supérieur qui favorise une plus grande facilité de développement des harmoniques. Une mauvaise posture à ce niveau a une influence non seulement sur le timbre, mais aussi sur la dynamique des voies respiratoires. Une attitude posturale correcte exige que la colonne cervicale se maintienne dans une position droite, d'où l'allongement de la nuque, en évitant la lordose, l'extension et la levée de la mâchoire. Cette posture particulière a déterminé l'érosion progressive des vertébres cervicales de Pacchiarotti vertèbres. Un alignement postural correct de la tête et du cou, en fait, est un élément nécessaire à l'optimisation de la production vocale 38 . Enfin, la grande taille corporelle de Pacchiarotti, en particulier de sa poitrine, était positivement associée à la puissance de sa voix, décrit comme un «vaste soprano» 41 .

En conclusion, cette étude décrit, pour la première fois, les marqueurs du travail et l'effet hormonal de la castration sur tout un squelette d'un chanteur castrat intégrant les connaissances sur la castration chez les hommes et les animaux et ses effets sur le squelette. Il fournit également une description éclairante des marqueurs professionnels des chanteurs professionnels.

«Aujourd'hui, nous ne pouvons que deviner à quoi les grands chanteurs du passé peuvent avoir ressemblé; mais on peut se hasarder à l' hypothèse que de tous les castrats, pourrions - nous les entendre, Pacchierotti serait notre

Références

  1.  

  2. 1.La Sainte Bible: Matthieu 19, 12.

  3. 2.Wilson, JD & Roehrborn, C. conséquences à long terme de lacastration chez les hommes:. Les leçons de la Skoptzy et les eunuques des tribunaux chinois et ottomans J. Clin. Endocr.Metab. 84 12, 4324-4331 (1999).

  4. 3.Meyer, M. & Melicow, chanteurs M. castrats et les «cordons» perdus. Bull. NY Acad. Med. 59, 744-764 (1983).

  5. 4.Jenkins, JS La voix du castrat. Lancet 351, 1877-1880 (1998).

  6. 5.Belcastro, MG, Todero, A., Fornaciari, G. & Mariotti, l'interna V.Hyperostosis (HFI) et la castration:. Le cas du célèbre chanteur Farinelli (1705-1782) J. Anat 1-6, doi:. 10.1111 / j.1469-7580.2011.01413.x (2011).

  7. 6.Edgcumbe, R. Réminiscences de musique, contenant un compte de l'Opéra italien en Angleterre De 1773, (J. Andrews, 1834).


    7.Toffano, G. Gaspare Pacchierotti (Fabriano 1740 - Padova 1821): il Crepuscolo di un Musico al Tramonto della Serenissima (Edizioni Armelin Musica, 1999).


    8.Pacchierotti Cecchini, G. Cenni Biografici Intorno a Gaspare Pacchierotti (Coi tipis del Seminario, 1844).


    9.Bruzek, J. Une méthode pour la détermination visuelle du sexe, enutilisant l'os de la hanche humaine. Am. J. Phys. Anthropol. 117, 157-168 (2002).


    10.Mall, G., Graw, M., Gehring, K. & Hubig, M. Détermination du sexele fémur. Forensic. Sci. Int. 113, 315-21 (2000).


    11.Bass, WM ostéologie humaine: un manuel de laboratoire et sur ​​leterrain. (Missouri Société archéologique, 1995).


    12.Brothwell, DR Fouiller Bones. (Cornell University Press, 1981).


    13.Lovejoy, CO, Meindl, RS, Mensforth, RP & Barton, ladétermination TJ multifactorielle de l' âge du squelette à la mort: une méthode et des tests aveugles de son exactitude Am.. J. Phys.Anthrop. 68, 1-14 (1985).


    14.Buckberry, JL & Chamberlain, AT estimation de l' âge de la surface auriculaire du iliaque:. Une méthode révisée Am. J. Phys. Anthrop.119, 231-9 (2002).


    15.ISCAN, MY, Loth, SR & Wright, RK Metamorphosis à l'extrémité dela nervure sternale: une nouvelle méthode pour estimer l' âge au décès chez les hommes blancs Am.. J. Phys. Anthropol. 65, 147-56 (1984).


    16.McKern, TW & Stewart, TD changements Skeletal d'âge chez lesjeunes hommes américains. Am. Anthropol. 60, 982 (1958).


    17.Rastelli, E. Ricerca METODOLOGICA su indicatori scheletrici di età adulta su Collezioni di epoca moderna (prima metà del XX secolo) italiane (collezione di Sassari e collezione di Bologna) e Portoghesi (Coleção de Esqueletos Identificados, Coimbra) di età e sesso noti. Thèse de doctorat, Bologne: Université de Bologne (2005).

  8.  

     

    18. Sjøvold, T. Estimation de la stature d'os longs en ​​utilisant la ligne de corrélation organique. Evolution humaine 5, 431-447 (1990).


    19. Trotter, M. & Gleser, G. C. Corrigenda to “estimation of stature from long limb bones of American Whites and Negroes,” American Journal Physical Anthropology (1952). Am. J. Phys. Anthropol. 47, 355–356 (1977).


    20.Fully, G. & Pineau, H. Determination de la stature au moyendu squelette. Ann. Med. Legale 40, 145–154 (1960).


    21.Cavallo, P., Savare, G. & Carpinelli, L. Bruxism and health related quality of life in southern Italy’s prison inmates. Community Dent Health 31, 117–122 (2014).


    22.Melicow, M. M. Castration down the ages. NY State J. Med. 77, 804–806 (1977).


    23.Barnes, J. The complete works of Aristotle, revised Oxford translation. 981–982 (Princeton University Press, 1984).


    24.Pittard, E. La castration chez l’homme. Recherches sur les adeptes d’une secre d’eunuchs mystiques, les Skoptzy. Archives suisses d’Anthropologie generale. 6, 213–535 (1933).


    25.Tandler, J. & Grosz, S. Uber den Einfluss der Kastraten auf den Organismus I.Beschreibung eines Eunuchen skeletes. Arch. Entwick Mech. Org. 27, 35–45 (1909).


    26.Tandler, J. & Grosz, S. Uber den Einfluss der Kastraten auf den Organismus II. Die Skopzen. Arch. Entwick Mech. Org. 30, 236–253 (1910).


    27.Abrams, W. & Berkow, R. Merck Manuals of Geriatrics (Elsevier, 1994).


    28.Ferlin, A., Selice, R., Carraro, U. & Foresta, C. Testicular function and bone metabolism - beyond testosterone. Nat. Rev. Endocrinol.9, 548–554 (2013).


    29.Stepan, J. J. et al. Castrated men exhibit bone loss: effect of calcitonin treatment on biochemical indices of bone remodeling.J. Clin. Endocrinol. Metab. 69, 523–527 (1989).


    30.Kock, W. Uber die Russisch-Rumanische kastratensekte der Skopzen. Veroffentlichungen Kreigs Kostitutionspathol. 7, 1–39 (1921).


    31.Wagenseil, F. Chinesische Eunuchen. Z. Morphol. Anthropol. 32, 415–468 (1933).


    32.Wink, C. S. & Felts, W. J. Effects of castration on the bone structure of male rats: a model of osteoporosis. Calcif. Tissue Int.32, 1, 77–82 (1980).


    33.Daniell, H. W. Osteoporosis after orchiectomy for prostate cancer. J. Urol. 157, 2, 439–444 (1997).


    34.Hershkovitz, I. et al. Hyperostosis frontalis interna: an anthropological perspective. Am. J. Phys. Anthropol. 109, 303–325 (1999).


    35.Pettersen, V. Muscular patterns and activation levels of auxiliary breathing muscles and thorax movement in classical singing. Folia Phoniatr. Logop. 57, 255–277 (2005).
     
    36.Pettersen, V. & Westgaard, R. H. The association between upper trapezius activity and thorax movement in classical singing. J. Voice. 18, 500–512 (2004).


    37.Miller, N. A. et al. The Effects of Humming and Pitch on Craniofacial and Craniocervical Morphology Measured Using MRI.J. Voice. 26, 90–101 (2012).


    38.Johnson, G. & Skinner, M. The demands of professional opera singing on cranio-cervical posture. Eur. Spine J. 18, 562–569 (2009).


    39.Scotto Di Carlo, N. Cervical spine abnormalities in professional singers. Folia Phoniatr. Logop. 50, 212–218 (1998).


    40.Fussi, F. Le Posture nel Cantante. http://www.voceartistica.it/it-IT/index-/? Item=Posture (2015) (Date of access: 07/05/2015).


    41.Bunch, M. Dynamics of the singing voice (Spring

  9. er, 1995).


    42.Heriot, A. The castrati in Opera (Secker & Warburg, 1956).

  1.  

  1.  
  1.  
  1.  
  1.  
  1.  
  1.  
  1.  
  1.  

  2. Remerciements

    We would like to thank Professor Bepi Nalin and Professor Lorenzo Cima for their useful advices during the research.

     


      •  

     

Traduit de 

Commenter cet article

À propos

L'anatomie, la biomécanique, la physiologie au service de l'art du chant; Arrivée à l'âge de la retraite je me sens le devoir de partager et de diffuser, gratuitement et en mode public, mon expérience et ma réflexion de kiné, psychomotricienne, chanteuse, choriste, enseignante en anatomie et physiologie du chant.