Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'anatomie, la biomécanique, la physiologie au service de l'art du chant; Arrivée à l'âge de la retraite je me sens le devoir de partager et de diffuser, gratuitement et en mode public, mon expérience et ma réflexion de kiné, psychomotricienne, chanteuse, choriste, enseignante en anatomie et physiologie du chant.

08 Dec

Descendre pour mieux monter

Publié par Marie Hutois  - Catégories :  #Métaphores et images mentales anatomiques

Descendre pour mieux monter

Quand mon professeur de chant m'invitait à descendre dans mon corps pour améliorer
mes notes aigües, je restais perplexe. Que me fallait-il abaisser pour mieux monter?
Devais-je plier les genoux? Me tasser vers le bas? Quelle sensation, quel savoir-faire
tentait-il de me faire découvrir par ce paradoxe? Sa pudeur, sa délicatesse le retenaient
-elles de nommer des zones dites honteuses de mon anatomie? J'ai fini par comprendre que
cette descente dans le corps concernait la respiration. Partant de là, mille nouvelles
questions se posaient.S'agissait-il d'inspirer par le ventre, le plus bas possible
comme si un ballon se gonflait sous l' ombilic jusqu'à l'entrejambe. Quand je respirais
de cette manière, je sentais que ma gorge s'ouvrait et que mon larynx s'abaissait.
Je sentais aussi que si je persistais à gonfler ce ballon plus amplement une bouée
se déployait autour de ma taille.

Fallait-il seulement gonfler le ballon sous l'ombilic pour exécuter cette descente
dans le corps?
Mon professeur me disait aussi qu'il fallait garder les côtes ouvertes.
Je sentais que quand la bouée se gonflait, les côtes inférieures se relevaient. Donc si je
voulais descendre ma respiration au plus bas et ouvrir les côtes en même temps, il fallait
que j'inspire en gonflant le ballon et la bouée!

J'avançais mais je ne chantais toujours pas! Pour chanter il me fallait expirer
et si j'expirais tout se dégonflait et le larynx remontait.

Et là un nouveau paradoxe m'apparaissait, il fallait garder le côtes et
la gorge ouvertes en chantant! Mais que devenaient dans ces conditions le ballon et la bouée?

L'illumination m'est venue quand j'ai compris que pour chanter il faut contrôler le vidage
de l'air en élargissant énergiquement la bouée autour de la taille tout en comprimant
le ballon gonflé comme un sac de cornemuse. Les belcantistes appellent ces mécanismes
l'appoggio et le sosteno.
L 'appoggio ou appui correspond à la sensation de gonfler la bouée et concernent la
contraction volontaire du diaphragme. Le sosteno ou soutien correspond à la
sensation de comprimer le ballon gonflé derrière l'ombilic à l'aide des muscles abdominaux.

Dans cette position le larynx est entraîné vers le bas par l'abaissement du diaphragme
et la gorge reste ouverte, ce qui donne de la rondeur à la voix et plus particulièrement
aux notes aigües.

Et bien chantez maintenant!

Commenter cet article

À propos

L'anatomie, la biomécanique, la physiologie au service de l'art du chant; Arrivée à l'âge de la retraite je me sens le devoir de partager et de diffuser, gratuitement et en mode public, mon expérience et ma réflexion de kiné, psychomotricienne, chanteuse, choriste, enseignante en anatomie et physiologie du chant.